Dialectes

Le lundi passé, Jon Stewart, l’animateur de l’émission américaine satirique The Daily Show, a interviewé l’ancien président mexicain Vicente Fox. Pendant cet entretien, Stewart évoqua certains présidents sud-américains, en particulier Evo Morales, le président de la Bolivie, et demanda à Fox s’il croyait que Morales parlait l’anglais. Fox répondit:

Evo, non, il parle son dialecte, parce qu’il es indigèniste.

Le mot clé dans sa réponse était “dialecte”. Evo Morales a été élu président en decembre 2005, avec une claire majorité populaire. Il se présente comme le premier président indigène de la Bolivie, et il presque certainement le seul à mettre ses origines indiens en premier plan. Le premier président indigène malgré le fait que la majorité des habitantes ne parlent pas l’espagnol comme langue maternelle, c’est-à-dire, sont des indigènes, grossièrement divisées entre celles qui parlent Runa Simi (Quechua) et celles qui parlent Aymara. Cette dernière langue est celle de Morales.

La situation en Bolivie même aujourd’hui avec Morales est comparable à la mexicaine, où les cultures et traditions indigènes sont estimés comme obsolètes et pas compatibles et pertinents avec et dans un société dite moderne, surtout l’usage quotidienne des langues indigènes.

Le sujet des langues mexicaines indigènes a toujours été particulièrement contentieux. Actuellement moins d’un dixième des mexicaines parlent un langue indigène grace a une politique active d’hispanisation menée depuis 1820. L’espagnol n’avais besoin de devenir une langue officielle de jure parce que c’était la seule langue parlé au Mexique. Toutes les autres méthodes de communication n’étaient que des dialectes.

Le mot dialect a éventuellement pris une connotation pour les indigènes semblable à celle de nigger pour les noirs aux États-Unis. On ne parlait aucune langue, mais seulement un dialecte. Un dialecte de quoi, personne savait. C’était un politique de déshumanisation. Des millions de personnes et familles, entre elles ma propre famille, ont préféré abandonner leur dialecte pour pouvoir finalement apprendre une vraie langue.

L’utilisation du mot dialecte par Fox était donc fortement chargé par cette même vision tordue et raciste. Il me semble que rien ne change jamais.